in

Les passeports intelligents pour les vaccins pourraient devenir courants grâce au COVID-19

Le concept de certification numérique des vaccins prend de l’ampleur grâce en grande partie aux efforts des entreprises en Estonie, en Hongrie et en Islande. Cette certification devrait fonctionner comme un passeport sanitaire pouvant être présenté aux frontières, aux aéroports et à d’autres lieux de voyage et d’entrée. La prémisse actuelle est qu’un passeport de vaccin COVID-19 aurait un code QR qui peut être présenté aux autorités comme preuve de réception du vaccin. L’une des technologies testées est appelée VaccineGuard, qui est censée fournir des informations à jour sur le statut COVID-19 d’un voyageur. Dans le cas du VaccineGuard, comme ZDNet rapports, la certification numérique proviendrait de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais des inquiétudes émergent déjà concernant l’exécution et la réception publique d’un tel programme, y compris la dangereuse possibilité de présenter de fausses preuves. Alors que les entreprises technologiques tentent de ramener le monde à la normale, elles devront faire face à la résistance du grand public, aux problèmes de confidentialité, au manque de confiance entre les secteurs public et privé et à la certification contrefaite. Comment fonctionne VaccineGuard? – Les créateurs de VaccineGuard affirment que le passeport numérique fournit non seulement des informations à jour sur le statut vaccinal du voyageur COVID-19, mais protège également les données personnelles du titulaire du passeport. Il stipule également que la certification numérique peut être intégrée aux «systèmes et flux de travail informatiques existants» et s’accompagne d’une «traçabilité et pharmacovigilance de bout en bout de la chaîne d’approvisionnement». De toute évidence, l’application d’un tel passeport à un niveau de masse se heurtera à des obstacles juridiques, sociaux et technologiques importants. D’une part, tout le monde n’acceptera pas de présenter des preuves aux autorités; beaucoup peuvent le percevoir comme une atteinte à leurs libertés civiles, y compris la vie privée. À l’heure actuelle, cependant, il n’y a aucune exigence obligatoire pour prouver que vous avez reçu le vaccin COVID-19, mais l’OMS a réfléchi à la possibilité d’un tel mandat. Un autre défi auquel une telle certification numérique est confrontée est le manque d’infrastructure de confiance mondiale. Ces passeports vaccinaux peuvent fonctionner dans différents pays seulement si la preuve de la vaccination est tout à fait légitime. Les professionnels de la santé certifiés de différentes régions devront démontrer aux secteurs public et privé que les informations contenues dans le passeport numérique sont fiables et récentes. Pour l’instant, les certificats de vaccination intelligents en sont à leur stade (principalement) théorique, à l’exception des programmes existants tels que VaccineGuard. Pour que ce type d’accord mondial se concrétise à grande échelle, il faudra du temps, des protocoles unifiés et un accord global sur le droit international. Ce n’est pas seulement un jeu d’application de haute technologie.