in

Ray Fisher refuse la démission de Cyborg

Le désordre entourant les reprises de la «Justice League» est devenu plus compliqué. À la fin de 2020, l’acteur Ray Fisher a formulé des allégations d’inconduite contre le réalisateur Joss Whedon, les dirigeants Geoff Johns et Jon Berg. Plus récemment, il a ciblé le président de DC Films, Walter Hamada, affirmant qu’il ne travaillerait pas avec lui ni ne participerait à aucune production associée à lui. Puis, plus tôt cette semaine, un rapport à The Wrap a indiqué que Fisher ne reprendrait pas le rôle de Cyborg pour le film «The Flash» prévu et le rôle ne serait pas refondu. Ce projet devait tourner dans quelques mois et avait démissionné du rôle. Fisher a depuis posté sur Twitter niant ce rapport, affirmant:

«Il est factuellement inexact. Je n’ai pas démissionné publiquement de quoi que ce soit. Si Warner Bros. Pictures a pris la décision de me retirer de The Flash, plutôt que de m’adresser de quelque manière que ce soit à Walter Hamada qui a falsifié l’enquête JL – c’est sur eux. L’idée de supprimer le rôle, plutôt que de le refondre, n’est utilisée que pour essayer d’éviter les réactions négatives du public. »

Le fil de tweet de Fisher continue en disant: «L’enquête de la Justice League a conduit Warner Media (et ses affiliés) à se séparer de Joss Whedon. Geoff Johns fera de même. » Maintenant, Variety a publié un rapport contestant cette dernière phrase, affirmant que Geoff Johns maintiendra son poste actuel chez DC Films et WarnerMedia malgré les affirmations de Fisher. Johns continue de travailler en tant que créateur et showrunner pour la série CW “Stargirl”, a co-écrit le récent film “Wonder Woman 1984” et est producteur exécutif sur “Titans”, “Batwoman”, “Doom Patrol” et le prochain «Superman et Lois». WarnerMedia a conclu une enquête sur les allégations de Fisher le mois dernier, affirmant que l’enquête (dirigée par un ancien juge fédéral) avait été menée par un cabinet d’avocats extérieur qui avait interrogé plus de 80 personnes. Ils ont déclaré dans un communiqué: «Nous avons pleinement confiance en sa rigueur et son intégrité, et des mesures correctives ont été prises. L’enquête est terminée et il est temps de passer à autre chose. »